Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'information de l'AMATraMi

Association Meusienne d'Accompagnement des Trajets de vie des Migrants

Tout le Maroc dans l’assiette

Le lycée Alain-Fournier proposait, hier, un repas typiquement marocain en partenariat avec l’Amatrami. Si les saveurs du menu renvoient directement au Maroc, la décoration de la salle n’a pas été laissée...

 

De l’extérieur déjà, les odeurs de cuisine indiquent que le coup de feu est parti en cuisine. À l’intérieur les serveurs, fébriles, dressent les tables et accrochent la décoration. Finalement, la salle du restaurant d’application du lycée Alain-Fournier pourrait se trouver au cœur de Fès. C’est d’ailleurs le thème de l’entrée, une soupe typique de cette ville impériale du Maroc.

 

11-OCTOBRE.jpgOn s’active en cuisine !

 

« Nous avons mis en place un partenariat avec l’Amatrami. Eux avaient un projet d’exposition sur les cuisines du monde. Nous avons décidé de le mettre en valeur au cours de quatre soirées placées tout près de la semaine du goût. Ce soir, c’est le lancement », confie Pascal Baumier, le chef des travaux du lycée Alain-Fournier.

 

En cuisine : « Deux dames d’origine marocaine qui sont aidées par nos élèves et par Jean-Michel Parant, professeur d’organisation et de production culinaire », poursuit-il. L’alléchant menu a été mis en place conjointement entre l’établissement scolaire et l’association verdunoise il y a déjà plusieurs mois.

 

Tajines soupe d’orange et cornes de gazelle

 

« Ça anime un peu la cuisine. Et ça sent super-bon », souligne, en connaisseur, Jean-Michel Parant, le prof de cuisine. « Ces deux dames sont arrivées avec leur gentillesse pour diriger les élèves. Ils forment une équipe d’enfer. Et les élèves jouent le jeu. » En effet, les premières Bac pro touillent, braisent, émondent, émincent et assaisonnent consciencieusement sous la direction de Khadija, permanente de l’Amatrami, et de Rachida, bénévole. « On a constitué deux groupes, un qui s’occupe » des bricks au poisson, et un autre qui confectionne « un tajine au mouton, pruneaux, ananas et abricots et un autre tajine au poulet, citrons confits et olives », explique Khadija. « Ce sont des plats du Maroc que l’on sert durant les mariages ou les fêtes. »

 

En dessert, les convives qui se sont inscrits à la soirée se régaleront avec une salade d’orange à la cannelle et des pâtisseries orientales comme les traditionnelles cornes de gazelle ou les fékasses à base d’amandes… tout un programme.

 

Du côté des élèves, on s’active dans la joie. « On est content d’apprendre des choses avec ces dames », commente Loriane qui retourne, au fond d’une poêle, des tranches d’ananas recouvertes d’épices. « On a appris qu’on peut faire beaucoup de choses avec des épices et des fruits dans des plats salés. » Mais pas question de la distraire de sa tâche. Dans moins de deux heures, les convives vont venir se dépayser avec des plats venus de l’autre côté de la Méditerranée.

 

Frédéric PLANCARD, L'Est Républicain

crédits photo : ER

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

AMATraMi

Association Meusienne d'Accompagnement des Trajets de vie des Migrants (FASTI)
Voir le profil de AMATraMi sur le portail Overblog

Commenter cet article