Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'information de l'AMATraMi

Association Meusienne d'Accompagnement des Trajets de vie des Migrants

France Terre d'Asile dénonce la remise en cause de l'hébergement des migrants

L'association France Terre d'Asile (FTA) a dénoncé jeudi la remise en cause de l'hébergement des migrants demandeurs d'asile, sur fond de suppressions de postes dans la fonction publique et les DDASS.

"L'application dans l'ensemble des ministères du principe de non remplacement d'un départ en retraite sur deux dégagera en 2010 une 'économie' de 34.000 emplois dans la fonction publique. Couplé avec la désormais célèbre RGPP (Réforme générale des politiques publiques), le service public social paie un lourd tribut à cette réforme de l'Etat", déclare FTA dans un communiqué intitulé "Insupportable".

"La disparition" des Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS) "remplacées par les DDCS (Directions départementales de la cohésion sociale), dans la plus parfaite confusion de compétences et de moyens, ressemble fort sur le terrain à la définition brutale et immédiate d'un service public social a minima", ajoute FTA.

Conséquence de ces restrictions, selon FTA, "des milliers de demandeurs d'asile qui en ont pourtant le droit n'accèdent pas aujourd'hui à des dispositifs d'accompagnement et d'hébergement dignes", les "fonctionnaires de l'Etat étant invités à déterminer les priorités et à choisir" parmi les "publics" en situation d'exclusion, "dans un contexte de disette budgétaire totale".

"Les crédits pour l'hébergement d'urgence, pourtant votés en loi de finances initiale, ne sont même pas délégués vers les préfectures", asure également France Terre d'Asile.

"Dès lors, le renvoi de ces personnes vers des dispositifs de droit commun eux-mêmes saturés devient la règle". "Sous prétexte de rationalisation se met en place un système qui va aboutir à la disparition de nombreux acteurs associatifs, à une logique de prestation assumée par le moins disant", déplore l'organisation qui estime que "la crise financière ne doit pas constituer un prétexte commode pour matraquer par idéologie les plus fragiles, les plus faibles".

"Pour notre part, et sans changement de perspective des pouvoirs publics", conclut le communiqué, "nous prendrons avec l'ensemble du secteur associatif toutes les mesures nécessaires pour gagner l'opinion publique à cette bataille de la dignité".

 

Source : nouvelobs.com

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

AMATraMi

Association Meusienne d'Accompagnement des Trajets de vie des Migrants (FASTI)
Voir le profil de AMATraMi sur le portail Overblog

Commenter cet article